Samedi, Juin 24, 2017

Cameroun : Introduction au monitoring des droits de l’homme : Les OSC de l’Extrême-Nord formées à Maroua

Cameroun : Introduction au monitoring des droits de l’homme : Les OSC de l’Extrême-Nord formées à MarouaMaroua(Cameroun) le 14 octobre 2016

En vue de renforcer leurs capacités en matière de monitoring notamment d’enquête, de collecte d’informations, et de documentation des cas de violations des droits de l’homme dans le contexte du terrorisme, les Organisations de la Société Civile travaillant dans le domaine des droits de l’homme dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun ont été formées du 10 au 12 octobre 2016. Pendant ces trois jours, l’accent a été particulièrement mis sur les techniques de collecte d’information, question de doter les participants/es des compétences et outils nécessaires pour identifier, collecter et documenter les informations sur les violations de droits de l’homme dans le cadre du terrorisme. Les participants ont d’emblée eu droit à une présentation détaillée du cadre juridique international et régional en matière des droits de l’homme et de lutte contre le terrorisme, en tant que préalable pour permettre une meilleure compréhension des thèmes sur le monitoring

A travers des présentations et des exercices pratiques, les participants se sont montrés familiers avec les principes de base et la pratique de collecte d’information qui est une étape importante du monitoring des droits de l’homme. Ils ont également touché du doigt les techniques d’enquête, de documentation et du suivi des cas de violation des droits de l’homme, et aussi les différents types et méthodes de rédaction des rapports sur les cas de violation des droits de l’homme.

Une trentaine de participants ont pris part à cet atelier venant des localités telles que Kousseri, Mora, Yagoua, Kaelle, Mokolo, Maga et Maroua et représentant les six départements que comprend la région de l’Extrême-Nord. Le représentant des services du Gouverneur de la région qui a pris part aux travaux s’est dit très satisfait de l’approche du Centre et a appelé aux Organisations de la Société Civile représentées à l’atelier de bien mettre en œuvre les connaissances acquises tout en créant et en renforçant de liens de collaboration avec les autorités administratives qui sont les premiers responsables en matière de promotion et de protection des droits de l’homme. Monsieur Moussa a exprimé la volonté du Gouvernement à assurer la protection des droits de l’homme des populations sans discriminations et a fait appel aux OSC pour aider le Gouvernement à mieux faire.

A la fin des travaux, les participants, par la voix de M. Abdoulaye Math, Président du Mouvement pour la Défense des Droits de l’Homme et des Libertés (MDDHL) se sont dit très satisfaits de l’initiative prise par le Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique centrale. Selon M. Math, cette formation « était longuement attendue puisque les OSC sont confrontées à des problèmes d’ordre méthodologique sur le terrain ». Il a souhaité que le Centre ne s’arrête pas à la formation mais qu’il les accompagne dans la mise en œuvre des connaissances acquisses. Et de ce point de vue, les participants ont formulé un certain nombre de recommandations pour donner suite à cet atelier. Parmi ces recommandations on peut citer: l’organisation d’une rencontre de concertation entre les OSC de droits de l’homme et les autorités administratives et sécuritaires de la région pour discuter de la complémentarité de leurs rôles en matière de promotion et de protection des droits de l’homme plus particulièrement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ; l’organisation d’un atelier de suivi qui se focalisera essentiellement sur la rédaction des rapports ; et la mise à leur disposition des moyens pour assurer le suivi des cas de violation documentés à travers les activités de collecte d’information sur le terrain.

Les OSC ont également créé un groupe de concertation permettant de rester en contact et de discuter des modalités pour la mise en place d’une plateforme d’OSC des droits de l’homme de l’Extrême-Nord. Cette plateforme leur permettra de se référer les cas, de partager leurs expériences et d’harmoniser leurs interventions dans la région.