Dans le monde
  • 01 Juillet 2020
  • 0 Commentaires
  • Vues

La dépénalisation des relations entre personnes de même sexe est une étape bienvenue vers l'égalité, selon un expert de l'ONU

GENÈVE (1er juillet 2020) - Un expert des droits de l'homme de l'ONU a salué aujourd'hui l'entrée du Gabon dans le groupe des pays subsahariens qui ont dépénalisé les relations homosexuelles entre adultes consentants.

Le 29 juin 2020, le Sénat a voté la suppression de la disposition du Code pénal qui criminalisait l'homosexualité, suite à un vote de l’Assemblée nationale le 23 juin.

"Je félicite l'État gabonais pour sa décision, car elle établit une protection précieuse pour les gays, lesbiennes, bisexuels, les personnes trans et de genre variant au Gabon, et leur fait savoir qu'ils se trouvent dans un pays où leur dignité et leur intégrité sont valorisées", a déclaré Victor Madrigal-Borloz, l'Expert indépendant des Nations Unies sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre.

"Les pays qui, dans le monde, continuent à criminaliser l'homosexualité et d'autres formes d'orientation sexuelle et d'identité de genre doivent, sans exception, prendre note de ces événements et examiner leur propre cadre juridique afin de se conformer pleinement à cet impératif des droits de l'homme", a déclaré l'expert.

"La criminalisation de l'homosexualité est l'une des causes profondes des violations graves et généralisées des droits de l'homme sur la base de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre. Ces formes de criminalisation des rapports sexuels consensuels entre adultes violent le droit international des droits de l'homme", a déclaré M. Madrigal-Borloz.

.