Dans le monde
  • 11 Oct. 2019
  • 0 Commentaires
  • Vues

Une experte des droits de l'homme de l'ONU évaluera la situation des peuples autochtones en République du Congo

GENEVE (11 octobre 2019) - La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, Victoria Tauli-Corpuz, se rendra en République du Congo du 14 au 24 octobre 2019.

Mme Tauli-Corpuz évaluera les efforts déployés par le pays pour mettre en œuvre la loi portant promotion des droits des peuples autochtones qui a été adoptée en 2011 à la suite d'une visite de son prédécesseur dans le pays en 2010. Elle examinera également d'autres lois, politiques et pratiques susceptibles d’avoir un impact sur les droits des peuples autochtones.

« J'ai hâte de rencontrer les communautés autochtones et d'entendre leurs témoignages sur l'impact des mesures de conservation et de lutte contre le changement climatique et la façon dont elles utilisent leurs connaissances traditionnelles pour s'adapter », a déclaré Mme Tauli-Corpuz.

« Les engagements mondiaux en faveur du climat reconnaissent l'importance des savoirs traditionnels autochtones, mais l'intégration de ces savoirs dans les politiques et actions socioéconomiques et environnementales reste souvent difficile.»

La Rapporteuse spéciale tiendra des réunions à Brazzaville ainsi que dans plusieurs autres localités du département de la Sangha au nord du pays. Elle rencontrera les autorités gouvernementales nationales et locales, la Commission nationale des droits de l'homme, des représentants d'agences des Nations Unies, des organisations de la société civile et des communautés de peuples autochtones.

À l’issue de la visite, Mme Tauli-Corpuz fera part de ses conclusions et recommandations préliminaires lors d'une conférence de presse qui aura lieu le jeudi 14 octobre à 14h00 heure locale, dans la salle de réunion de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO). L'accès sera strictement réservé aux journalistes accrédités.

L'experte de l'ONU soumettra un rapport au Conseil des droits de l'homme en septembre 2020 sur les conclusions de sa visite.

.