Mardi, Juin 27, 2017

UN human rights report maps 13 years of violence and impunity in the Central African Republic

BANGUI/GENEVA (30 May 2017)

French version below

UN human rights report maps 13 years of violence and impunity in the Central African Republic BANGUI/GENEVA (30 May 2017) – Mass killings and other serious human rights violations have been documented in an extensive UN mapping report covering the multiple conflicts in the Central African Republic between 2003 and 2015. Many of the violations may amount to war crimes and crimes against humanity, the mapping report states, as it sets out a strategy to fight pervasive impunity in the country.

"We know some people are getting anxious about this report,” said Andrew Gilmour, the Assistant Secretary-General for Human Rights, who is currently on an official visit to the Central African Republic. “We are talking of those who committed some of the most appalling violations, who are now aware that their actions were observed and carefully documented. Naturally they are nervous that justice will catch up with them. Justice is the overwhelming demand of the Central African population - and the main motive of this report."

The mapping report by the UN Human Rights Office and the UN Mission in the Central African Republic (MINUSCA)* has documented patterns of serious violations of international human rights law and international humanitarian law by successive Government forces and various local and foreign armed groups, as well as international and foreign defence forces. The report, mandated by the UN Security Council, documents in detail 620 incidents, including horrific accounts of entire villages being burnt to the ground in reprisal attacks; multiple accounts of gang rapes of women and girls as young as five; extra-judicial killings; deaths following severe torture or ill-treatment in detention centres; serious violence against people on the basis of their religion, ethnicity or perceived support for armed groups; the recruitment of thousands of children by armed groups; and attacks on both humanitarian actors and peacekeepers, among other serious violations. Hundreds of thousands of Central Africans have been internally displaced or forced to flee in terrifying circumstances through the bush into neighbouring countries.

“The history of the country has been marked by deep-rooted poverty, ethnic tensions, pervasive political instability, corruption and nepotism that led to a succession of armed conflicts,” the mapping report states. “After gaining independence, the Central African Republic was subjected to a succession of authoritarian regimes that committed, condoned and were unable to prevent serious violations and abuses.” Regional instability and internal conflicts in neighbouring countries have fuelled the volatile conditions in the country, particularly through the flow of arms and rebel groups across its porous borders, the report adds.

“The mapping report on the Central African Republic lays bare the staggering suffering of the people of this mineral-rich country which is among the poorest in the world,” UN High Commissioner for Human Rights Zeid Ra’ad Al Hussein said.

While the report recognizes the challenging security situation in the Central African Republic, it recommends that some steps be taken immediately to initiate transitional justice processes, including the development of a national approach to human rights vetting of security and defence forces.

“Successive conflicts have spawned multiple peace processes, but as long as impunity reigns, this terrible trajectory – with each armed group committing appalling acts of violence – may continue,” said the UN Special Representative for the Central African Republic and MINUSCA head, Parfait Onanga-Anyanga.

“In documenting the violations and abuses of the past, we hope to galvanize national and international efforts to protect and bring justice to the victims of these crimes,” Onanga-Anyanga said. The report sets out recommendations, which include:

  • The need to have a sequenced and comprehensive approach to transitional justice, bearing in mind the prevailing security context and non-disarmament;
  • The need for a prosecution strategy for the Special Criminal Court for the Central African Republic, given the scale of crimes committed in the conflicts and impossibility of prosecuting all perpetrators;
  • The importance of prioritization of areas for the Special Criminal Court’s work to reflect the most serious crimes;
  • The need to take into account a gender perspective in all dimensions of the transitional justice process, including in the Special Criminal Court’s prosecution strategy;
  • The need to create a truth and reconciliation commission. “The Government and all domestic actors, with the assistance of the international community, must work together to break the cycle of impunity once and for all,” the report states.

ENDS

The full report, as well as nine fact-sheets summarizing its key contents, can be found on: http://www.ohchr.org/EN/Countries/AfricaRegion/Pages/CARProjetMapping2003-2015.aspx

* MINUSCA is the UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic

For more information and media requests, please contact:

In Bangui: Vladimir Monteiro (+ 236 75980772 / 72259932 / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) Musa Yerro Gassama (+23675980012 / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

In Geneva: Rupert Colville (+41 22 917 97 67 / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) or Ravina Shamdasani (+41 22 917 91 69 / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Concerned about the world we live in? Then STAND UP for someone’s rights today. #Standup4humanrights and visit the web page at http://www.standup4humanrights.org

Tag and share - Twitter: @UNHumanRights and Facebook: unitednationshumanrights

Un rapport des Nations Unies sur les droits de l'homme met en relief 13 années de violence et d'impunité en République centrafricaine

BANGUI/GENEVE (30 Mai 2017) – Des massacres de grande ampleur et d'autres violations graves des droits de l'homme ont été documentés dans un vaste inventaire (« rapport Mapping ») couvrant les multiples conflits en République centrafricaine entre 2003 et 2015. Beaucoup de ces violations pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Le rapport Mapping détaille une stratégie visant à lutter contre l'impunité omniprésente dans le pays.

« Nous savons que la publication de ce rapport inquiète certaines personnes» a déclaré M. Andrew Gilmour, Sous-Secrétaire général aux droits de l'homme, actuellement en visite officielle en République centrafricaine. « Nous parlons de ceux qui ont commis certaines des violations les plus abominables, qui sont désormais conscients que leurs actions ont été observées et soigneusement documentées. Naturellement, ils craignent que la justice les rattrape. C’est cette justice qui constitue la demande incessante de la population centrafricaine et le principal motif de ce rapport ».

Le rapport Mapping du Bureau des droits de l'homme des Nations Unies et de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA)* documente des violations graves du droit international des droits de l'homme et du droit international humanitaire commises par des forces gouvernementales successives et divers groupes armés locaux et étrangers, ainsi que par des forces de défense internationales et étrangères. Le rapport, mandaté par le Conseil de sécurité des Nations Unies, décrit en détail 620 incidents, y compris des récits effroyables de villages entiers brûlés dans le cadre de campagnes de représailles; des récits de viols collectifs de femmes et de filles parfois âgées d’à peine cinq ans; des exécutions extrajudiciaires; des décès suite à des cas de torture ou de mauvais traitements dans des centres de détention; des violences graves contre les personnes en raison de leur religion, leur appartenance ethnique ou leur supposée affiliation à des groupes armés; le recrutement de milliers d'enfants par des groupes armés; et des attaques contre des acteurs humanitaires et des casques bleus. Des centaines de milliers de Centrafricains ont été déplacés à l'intérieur du pays ou forcés de fuir dans des circonstances terrifiantes vers les pays voisins.

« L’histoire de la République centrafricaine a été marquée par une pauvreté chronique, des tensions ethniques, une instabilité politique généralisée, la corruption et le népotisme – facteurs qui ont favorisé une succession de conflits armés » indique le rapport Mapping. « Après son indépendance, la République centrafricaine a été marquée par une succession de régimes autoritaires qui ont commis, toléré et n’ont pu empêcher d’importantes violations et abus ». L'instabilité régionale et les conflits internes dans les pays voisins ont alimenté les conditions précaires du pays, en particulier par la circulation d’armes et de groupes rebelles à travers ses frontières poreuses, ajoute le rapport.

« Le rapport Mapping de la République centrafricaine révèle les souffrances considérables de la population de ce pays riche en minéraux qui est parmi les plus pauvres au monde », a déclaré le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Zeid Ra'ad Al Hussein.

Bien que le rapport reconnaisse que le contexte de sécurité soit difficile en République centrafricaine, il recommande que certaines mesures soient adoptées immédiatement pour initier les processus de justice transitionnelle, y compris l'élaboration d'un programme national d’assainissement (vetting) des forces de sécurité et de défense en matière de respect des droits de l’homme.

« Les conflits successifs ont engendré de multiples processus de paix, mais tant que l'impunité règne, ce terrible destin – dans lequel chaque groupe armé commet des actes de violence épouvantables – risque de perdurer », a déclaré le Représentant Spécial des Nations Unies en République centrafricaine et chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga.

« En documentant les violations et les abus du passé, nous espérons dynamiser les efforts nationaux et internationaux pour protéger et rendre justice aux victimes de ces crimes», a déclaré M. Onanga-Anyanga.

Le rapport formule des recommandations, qui incluent :

  • La nécessité d’une approche échelonnée et globale de la justice transitionnelle, tenant compte du contexte sécuritaire actuel et du non-désarmement ;
  • La nécessité d’une stratégie de poursuite pour la Cour pénale spéciale en République centrafricaine, en raison de l’ampleur des crimes commis durant les conflits et de l’impossibilité de poursuivre tous les auteurs ;
  • L’importance pour la Cour pénale spéciale d’identifier des axes prioritaires d’enquête afin de refléter les crimes les plus graves;
  • La nécessité d’inclure une dimension du genre dans tous les aspects des processus de justice transitionnelle, y compris dans la stratégie de poursuite de la Cour pénale spéciale;
  • La nécessité de créer une commission vérité et réconciliation.

« Le gouvernement et tous les acteurs nationaux, avec l'aide de la communauté internationale, doivent travailler ensemble pour briser le cycle de l'impunité une fois pour toutes », indique le rapport.

FIN

Le rapport complet, ainsi que neuf fiches d’informations résumant ses contenus clés, sont disponibles sur : http://www.ohchr.org/EN/Countries/AfricaRegion/Pages/CARProjetMapping2003-2015.aspx *

La MINUSCA est la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en Centrafrique.

Pour toute demande de la part des médias, prière de contacter : A

Bangui: Vladimir Monteiro (+ 236 75980772 / 72259932 / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) ; Musa Yerro Gassama (+23675980012 / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) A

Genève: Rupert Colville (+41 22 917 9767 / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) ou Ravina Shamdasani (+41 22 917 91 69 / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) Préoccupé par le monde dans lequel nous vivons? Alors DÉFENDEZ les droits de quelqu’un aujourd’hui. #Standup4humanrights et visitez la page web : http://www.standup4humanrights.org/fr/ Taguez et partagez - Twitter: @UNHumanRights et Facebook: unitednationshumanrights